Etat nutritionnel des enfants de 6 à 24 mois vu en consultation pédiatrique à l’hôpital général de référence nationale de N’Djamena (Tchad)

A Ag Iknane, firstname lastname, BA Morguaye, DM Django, M Sylla, A Diawara, TA Thiro, A Niangaly, K Konate, NLN Koite

Résumé


Objectifs : La malnutrition infantile est un problème de santé publique majeur dans les Pays en développement. Au Tchad, elle constitue un réel problème de santé publique en particulier chez les enfants de moins de 24 mois. La présente étude vise à évaluer le statut nutritionnel des enfants de 6 à 24 mois vus en consultation pédiatrique à l’hôpital général de référence de N’Djamena au Tchad.
Nous nous sommes proposé de faire une étude transversale descriptive permettant de faire la photographie de la situation à un moment donné.

Méthodes : Une étude prospective descriptive s’est déroulée pendant deux mois et a concerné 400 enfants âgés de 6 à 24 mois, vus en consultation pédiatrique à l’hôpital général de référence nationale.

Résultats : Le statut nutritionnel des enfants en milieu hospitalier à l’HGRN de N’djamena est alarmant avec une prévalence de 41,5% d’émaciation, 33,3% de retard de croissance et 52% d’insuffisance pondérale selon NHCS. La fièvre était le signe le plus fréquent ayant poussée la mère à consulter, soit 40% des enfants ont consulté pour la fièvre, 25% pour les infections respiratoires aigües, 24% pour la diarrhée. Notre étude a retrouvé 56,8% des mères vivant en polygamies. 36% des femmes questionnées avaient un niveau primaire mais 37% étaient encore analphabètes. 38% environ des mères des enfants de 12 à17 mois étaient analphabètes et dépendaient de leur mari. 29,5% des mères étaient multipares et 6% étaient de grandes multipares. 46% pauci pare et 18,5% primipare. Le niveau de connaissance des mères reste acceptable sur la diversification alimentaire des enfants car la plus part l’ont débuté entre 6 et 24 mois, soit 65,5% ont eu une alimentation liquide, 89% ont eu une alimentation semi-liquide et 86% ont eu une alimentation solide entre 6 et 24 mois. La bouillie enrichie était l’aliment le plus utilisé par environ 75% des mères. Nous avons noté 26,3% d’enfants sevrés avant 24 mois dont la plus part sont ceux de 18 à 24 mois. Le motif du sevrage selon les mères reste le refus de tété de l’enfant pendant la maladie (82,25% d’enfants).

Conclusion : Ces données suggèrent le renforcement aux méthodes de prévention qui seules apporteront une solution à long terme au problème de malnutrition.

Mots-clés


Enfant; Etat Nutritionnel

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.