La santé communautaire au Mali: Acquis, enjeux et perspectives après deux décennies de mise en oeuvre

A Ag Iknane, H Balique, A Diawara, S Konate, A Niangaly, TA Thiero, M Diarra

Résumé


De 1970 à 1988, la part du budget de l’Etat consacré à la santé passait de 9% à 4%; de 1983 à 1997, les investissements dans le secteur santé passaient de 52% à 9% (17). Face à cette crise dans le secteur de la santé, les populations se sont organisées pour assurer la prise en charge de leur santé. C’est ainsi qu’est né en 1988, la première association de santé communautaire du Mali dans le quartier péri-urbain de Banconi. En réponse à cette nouvelle réalité, les populations se sont organisées pour assurer la mobilisation sociale et le recouvrement des coûts de leur structure de santé.
La santé communautaire constitue aujourd’hui la base de la politique nationale en matière de santé. Le but du présent article est d’analyser ce modèle de recouvrement des coûts et de mobilisation sociale en termes d’enjeux actuels et des perspectives. La méthode est basée sur une étude rétrospective avec analyse documentaire et entretien des acteurs clés. L’analyse montre que l’avènement de la santé communautaire a crée de nouveaux enjeux d’ordre politique et de pouvoir liés à la nature des rapports entre les autorités sanitaires et les communautés, et économique par la contribution effective des ménages (75%) dans les dépenses de santé y compris les investissements. Au plan social, l’extension de la couverture sanitaire s’est nettement améliorée avec en 1998, près de 21 % de la population situé à moins de 5 Km d’une formation sanitaire. De même 75 % des consultations médicales et 70 % des accouchements ont lieu dans un centre de santé communautaire. En terme d’extension de la couverture sanitaire, elle s’est nettement amélioré avec près de 958 associations de santé communautaires crées entre 1989 et 2008.

Bien que la modèle de santé communautaire a nettement amélioré l’offre et la qualité des services, il reste néanmoins confronté à certaines défis relatifs à l’insuffisance de vie démocratique et de transparence dans la gestion et les difficultés pour l’état de jouer son rôle de tutelle, ainsi que l’instabilité du personnel qu’il occasionne du fait de l’insécurité de l’emploi et du plan de carrière. Ses défis méritent que les principaux acteurs de cette



politique y réfléchissent au risque de compromettre la pérennisation du modèle.

Mots-clés


Santé communautaire ; Initiative de Bamako ; Recouvrement des coûts ; Participation communautaire ; Centre de Santé Communautaire ; Association de Santé Communautre

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.