Pratiques des mères en matière de santé - nutrition des enfants de moins de 5 ans à Sikasso au Mali

A Ag Iknane, C Sombié, K Kamian, F Diawara, K Konaté, K Dramé, H Touré

Résumé


Introduction :
La région de Sikasso bien qu’elle soit globalement excédentaire avec un niveau de production agricole connaissait en 2010 connait un niveau de prévalence de la malnutrition. Face à ce paradoxe, la présente étude sur le niveau de connaissances, les attitudes et les pratiques des ménages en matière de santé, nutrition a été réalisée en vue de réduire la prévalence de la malnutrition dans la région.
Matériels et méthodes : Une étude transversale par sondage en grappe a été réalisée du 3 juin au 16 juillet 2010 dans six communes du cercle de Sikasso (Dioumatènè, Finkolo, Kléla, Pimperna, Socourani , Sikasso) composés de 38 villages producteurs de pomme de terre. Le niveau de connaissance, les attitudes et la pratiques de 1182 mères d’enfants de 6 à 59 mois sur la santé et la nutrition a été réalisé.
Résultats :
Près de 60% des enfants de 6 à 59 mois avaient été malades. La fièvre (35,1%), la diarrhée (27,9%) et la toux (21,2%) étaient les principaux symptômes observés. En cas de maladie près de 33,5% de ménages avaient recours aux soins traditionnels contre 25,3% pour les soins modernes. Environ 52% de mères avaient déclaré connaître les signes du paludisme et 63% les causes de la diarrhée. La pompe a été la principale source d’approvisionnent en eau de boisson des ménages aussi bien en en saison sèche (49,3%) qu’en saison pluvieuse (48,3%). Près de 87 % de ménages disposait de latrines traditionnelles ou améliorées qui étaient en mauvais dans 54% des cas. Le lavage des mains se faisait collectivement dans 86,3% des cas dans un même récipient. L’allaitement était pratiqué par plus de 70% des mères avec une mise au sein immédiate dans 51,2%. Il était exclusif dans 54,7% des cas.
Les niveaux de prévalence des trois formes de malnutrition étaient très élevés avec respectivement 11,1 % d’émaciation, 51,5 % de retard de croissance et 34,6% d’insuffisance pondérale. Les enfants de 12 à 23 mois étaient les plus touchés par l’émaciation et le retard de croissance alors que l’insuffisance pondérale frappait plus la tranche d’âge 36 à 47 mois.
Conclusion :
Le faible niveau de connaissance et de pratique des mères en matière d’hygiène et d’assainissement, la méconnaissance des signes de diarrhée font que la situation nutritionnelle des enfants de 6 à 59 mois était préoccupante. La nécessité de développer des actions de sensibilisation intégrées dans un programme de développement multisectoriel pourrait contribuer à l’amélioration de l’état sanitaire et nutritionnel des populations concernées.

Mots-clés


Pratique, santé; Malnutrition; Sikasso

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.