Intérêt de la Numération des Lymphocytes T CD4+ chez les Patients Infectés par le VIH et suivis dans le district sanitaire de Ségou (Mali).

AI Maiga, SA Sangare, DB Fofana, A Fiogbe, S Dao, I Haidara, AA Oumar, I Sogodogo, M Salou, I Maïga, G Carcelin, A Akonde, C Katlama, R Murphy, B Autran

Résumé


But du travail : Le but de notre étude était de suivre l’évolution du taux de lymphocytes T CD4+ chez les patients infectés par le VIH à Ségou (Mali). Matériel et Méthodes : Nous avons recruté 270 patients infectés par le VIH. La numération des lymphocytes T CD4+ a été faite à l’aide d’un cytomètre de flux FACSCount. La numération des lymphocytes T CD4+ a été effectuée au début puis aux 6ème, 12ème et 18ème mois du traitement antirétroviral. Résultats : Sur 270 patients, 193 (71,4 %) sont âgés de 25 à 44 ans, 190 (70 %) sont du sexe féminin. Le VIH-1 prédomine à Ségou. Aux 6ème, 12ème et 18ème mois du traitement antirétroviral le taux des lymphocytes T CD4+ était compris entre 200 et 350 chez 54,3 %, 74,5 % et 77,4 % de nos patients respectivement. Au 18ième mois, il y avait une différence significative entre les moyennes du taux des lymphocytes T CD4+ chez les patients dont le taux est compris entre 200 - 350 à M0 et M18 (p < 0,01). Conclusion : Le traitement antirétroviral a amélioré l’état immunitaire chez nos patients avec une augmentation considérable du taux des lymphocytes T CD4+. Nous recommandons l’utilisation du FASCount dans le suivi en zone décentralisée pour les patients infectés par le VIH.

Mots-clés


VIH, Lymphocytes T CD4+, traitement antirétroviral, Ségou, Mali

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.